Accueil Devenir agent de remplacement Le métier

Les témoignages

Paru 06/07/2017

Les témoignages

"C'est une bonne expérience avant de s'installer"

 

Yannick, 21 ans, agent de remplacement depuis 2 ans.

 

"Travailler dans un service de remplacement, c'est une bonne expérience avant de s'installer. Bien sur, on ne sait jamais où l'on va tomber et si personne n'est là pour me montrer je dois me débrouiller seul. Mais, ça m'apprend à faire face à toutes les situations et à m'adapter. Ca permet de voir beaucoup de systèmes d'exploitation, plusieurs méthodes de travail. Grâce à mes différentes missions, je me tisse un important réseau de relations. Cela me sera utile dans la préparation de mon installation. Et par dessus tout, lors des remplacements pour congés, c'est très plaisant de permettre à des agriculteurs de souffler un peu et de sortir de chez eux." 

 

 

"Après mon BTS, je suis devenue Agent titulaire"

 

Karine, 26 ans, agent de remplacement depuis 5 ans.

 

"Durant mes études, je faisais des remplacements pendant les week-ends et les vacances. Depuis, après mon BTS, je suis devenue Agent titulaire et du coup j'ai pu m'acheter une voiture. On apprend énormément en passant de ferme en ferme. Rigueur, discrétion, communication sont des qualités requises pour un tel poste qui nécessite aussi d'être adaptable. Il nous arrive souvent d'être seul sur l'exploitation. Il faut donc être autonome et acquérir la confiance de l'agriculteur."

 

 

"J'ai trouvé un équilibre entre mon exploitation et mon activité salariée"

 

Emmanuel, 38 ans, agent depuis 3 ans.

 

"Je me suis installé sur une exploitation en fermage en production laitière et en arboriculture. J'avais déjà fait appel au service de remplacement en 1997 après une fracture au poignet lors d'une chute en salle de traite. Puis il y a eu la mise aux normes... j'ai décidé de cesser l'activité laitière de l'exploitation pour devenir agent de remplacement en contrat intermittent. En morte saison, quand mes vergers me demandent moins de travail je donne mes disponibilités à l'association qui me missionne pour des remplacements dans les exploitations aux alentours. C'est très souple et ainsi j'ai trouvé un parfait équilibre entre mon exploitation et mon activité salariée."

 

 

"Je fais ce métier depuis 25 ans"

 

Daniel, 43 ans, agent de remplacement depuis 25 ans.

 

"Je fais ce métier depuis 25 ans. Après mes études, je me suis tout simplement dit : "je veux être salarié agricole". Ca me plaît d'aller à droite et à gauche, de rencontrer d'autres personnes. Et puis, à la fin du mois, c'est net ! Je me sens bien dans ce métier, je suis encadré. Je peux suivre des formations et ainsi échanger avec d'autres agents sur notre profession."

 

 

"La confiance que l'on nous accorde est très valorisante"

 

Hugues, 25 ans, agent de remplacement depuis 4 ans.

 

"Pour moi, le service de remplacement n'a que des avantages. On apprend en permanence, on découvre des techniques différentes, des pratiques originales. Et surtout, j'apprécie le côté relationnel de la fonction. Les échanges avec les exploitants sont importants. Les gens nous font très vite confiance, ce qui facilite encore plus le travail et la prise de responsabilités. La confiance que l'on nous accorde est très valorisante. C'est toujours stimulant de sentir que sa compétence est reconnue et utilisée."

Un vrai métier !

Etre agent de remplacement permet de travailler en agriculture dans un cadre salarié, en lien direct avec des agriculteurs, tout en bénéficiant des avantages collectifs d’une entreprise. Diversité, autonomie, richesse des relations humaines, acquisition d’expériences font de ce métier un vrai métier.

Des opportunités d'emploi

13 000 salariés travaillent chaque année dans les Services de Remplacement dont 3 000 en CDI. Ils assurent le remplacement des 75 000 chefs d'exploitation adhérents et de leurs ayants droit (conjoints, aides familiaux, salariés). 700 000 journées de remplacement ont été réalisées en 2016. Pour satisfaire leurs besoins, les Services de Remplacement élargissent leur champ de recrutement et mettent en place des passerelles et des formations pour accueillir de nouveaux publics.